Calmer les angoisses du cancer

pierreLe cancer entraîne toutes sortes de sentiments intérieurs et surtout des peurs. Peur du futur, peur de l’angoisse, peur de la mort, peur de vivre, peur de l’inconnu, peur des opérations … Il n’existe pas de recette miracle pour guérir et chaque personne doit puiser en soi ses forces pour continuer à vivre. Selon le psychanalyste  Guy Corneau « la maladie c’est l’effort que fait la nature pour nous parler ». Son livre Revivre, n’est pas sans intérêt et il aide vraiment à calmer les angoisses en explorant des pistes qui l’ont conduit sur le chemin de la guérison. Rappellez vous cependant qu’il n’y a pas de sauveur ni de formule magique. La guérison émergera de votre compréhension des choses, stimulée bien entendu par tout l’environnement aidant que vous aurez su mettre sur place (1).

vis pour

Même s’il n’existe pas de remède miracle pour guérir de la maladie, il existe bel et bien des balises placées sur notre route et qu’il ne tient qu’à nous de saisir. De ce point de vue les travaux du Dr Geerd Hamer peuvent être d’une grande utilité en nous permettant de visualiser les causes du cancer qui nous affecte. C’est ainsi qu’en cherchant a découvrir les causes symboliques du cancer du colon, j’ai appris que « le mot côlon vient du grec « kôlon ». En latin, « colere » veut dire cultiver. D’ailleurs en français, un « colon » est un cultivateur d’une terre dont le loyer est payé en nature, ce qui nous renvoie à la symbolique : la selle = de l’argent. Au cours de la petite enfance, c’est la première monnaie d’échange avec nos parents. Si nous faisons caca au bon endroit (dans le pot), ils nous récompensent. Sinon, ils nous punissent. Inversement, nous pouvons nous aussi utiliser ce moyen pour « les faire chier ». Un colon est une personne non libre, attachée au sol qu’elle exploite, mais exploitée par son propriétaire. Un colon est aussi celui qui est allé peupler une « colonie », loin de la métropole familiale, reniant ses origines, et qui rentre souvent en conflit de territoire avec les indigènes, les autochtones. ». Curieusement tous ces éléments se retrouvent dans cet extrait de poème intitulé Sous l’impulsion de Chronos‏ que j’ai rédigé lorsque j’ai été diagnostiqué du cancer du colon :

Par un beau jour d’été, inondé de soleil
Le cancer est entré dans ma vie
Tapis depuis des lustres, il attendait
Il attendait de digérer l’enfance
Le pays volé, l’amour écartelé
Il distillait son fiel et son désarroi
pour apaiser la haine et la colère

2Cultivons lafleur 1En ce qui concerne les métastases au foi, le Dr Geerd Hamer afirme que le cancer du foie et de la vésicule est engendré par une vive rancœur, un ressentiment tenace à l’égard d’un proche, à la suite d’une injustice et entretenu par la jalousie et l’envie ; il correspond aussi à des problèmes d’argent et de jalousie professionnelle, son foyer se trouve dans le pont inférieur (côté droit) du cerveau.

La seconde idée clé, est que si on découvre la source du conflit et si on résout celui-ci, la guérison survient. « La solution est aussi simple que cohérente, affirme R. G. Hamer. On aide l’organisme à se débarrasser du conflit. Et voilà que le cerveau branche à nouveau l’organisme sur la vagotonie (ou phase de guérison) et commence par se rétablir comme il le faut… La solution la plus simple n’est venue à l’idée de personne : que l’âme puisse provoquer la genèse du cancer et soit tout aussi capable de l’arrêter de nouveau. »

vaincre le cancer

Passé

(1) Guy Corneau,  Revivre page 108

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s