Un redoutable outil contre le cancer !

PJAu cours de mes réflexions je me suis demandé si le bonheur ne constituait pas l’arme ultime contre le cancer? En effet, suite aux travaux du neuropsychiatre français David Servan-Schreiber, on sait maintenant que les cel­­lules cancéreuses sont pourvues de récepteurs d’adrénaline et que cette hormone sécrétée par le corps en période de stress accélérerait leur propagation. Plusieurs études démontrent également que les deuils mal résolus sont directement liés à l’apparition du cancer. Selon le Dr Christian Boukaram Radio-oncologue et chef du service de radiochirurgie à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal, « les cellules anormales se multiplieraient trois fois plus vite lorsque nous éprouvons un sentiment de désespoir».

Robert Doisneau 1967Les travaux du Dr Dean Ornish, de l’Université de San Francisco, ont par ailleurs démontré qu’un programme de bien-être complet pouvait faire régresser la maladie. Ce programme de développement personnel basé sur un régime alimentaire sain et sur des techniques de respiration et de visualisation appropriées s’est avéré positif puisque qu’après trois mois de ce traitement « des biopsies ont révélé que certains gènes liés aux cancers de la prostate et du sein étaient « désactivés ».

Le Dr Jean-Charles Crombez, psychiatre et psychanalyste au CHUM, est l’inventeur de la méthode ECHO, une méthode qui «se caractérise par le fait de redonner au « je » sa capacité d’être une entité à part entière. C’est ce qu’on appelle « le sujet ». Être sujet, c’est être au centre de son propre univers, être au centre des choses et des événements qui circulent autour de soi ».

Echo

Le bonheur aurait donc un impact sur le cancer ?

Selon le Dr Boukaram « Les pensées, les émotions, la personnalité et l’ego sont des facteurs très importants à considérer dans l’apparition et la gravité du cancer. Nous savons maintenant que le cancer n’est pas une maladie génétique (bien qu’elle implique les gènes). Une nouvelle science nommée Épigénétique révèle l’équation multifactorielle du cancer qui inclut aussi l’environnement social et le style de vie»

Pour le psychothérapeute français, Christophe André, la question du bonheur se pose lorsque l’on traverse l’épreuve de la maladie, entre la nécessité de se concentrer sur la survie, et celle de ne pas perdre de vue la possibilité d’être heureux.

Christophe andré

Pour le philosopĥe Frédéric Lenoir, auteur d’un ouvrage intitulé Du bonheur, un voyage philosophique «nous sommes ce que nous pensons». De passage au Québec, le philosophe a livré sa perception du bonheur à l’émission Tout le monde en parle.

Frédéric Lenoir

La philosophie bouddhiste nous enseigne que le bonheur est la recherche d’un état de conscience et d’appartenance au monde. Selon ce système de pensée, les émotions constituent des facteurs de perturbations alors que le bonheur représente le calme et l’harmonie.  

Matthieu Ricard

Aristote de son côté s’est également penché sur le bonheur. Pour ce philosophe : « Le bonheur est un principe; c’est pour l’atteindre que nous accomplissons tous les autres actes ». Alexandre Jollien en fait une analyse emprunte d’humour et de sagesse :

Aristote

Et si c’était ça le bonheur ? Une arme ultime contre le cancer! On s’en reparle sous peu, d’ici là soyez heureux !

le bonheur

bonheur1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s