Découverte d’un mécanisme qui permet aux cellules cancéreuses de déjouer le système immunitaire

pierre-jacques-ratioDes chercheurs canadiens ont découvert un mécanisme qui permet aux cellules cancéreuses de déjouer le système immunitaire pour former des métastases.  Grâce aux travaux menés par une équipe de chercheurs dirigée par Iryna Saranchova de l’Université de la Colombie-Britannique (UCB), on comprend mieux désormais, comment  les cellules cancéreuses se répandent dans le corps. Les chercheurs ont effet découvert que les cellules cancéreuses se transforment génétiquement au fil du temps et que ce faisant elles perdent la faculté de produire une protéine connue sous le nom d’interleukine-33 (IL-33).

nterleukine 33. Son gène est le IL33 situé sur le chromosome 9 humain. Photo Wikipédia

Interleukine 33. Son gène est le IL33 situé sur le chromosome 9 humain. Photo Wikipédia

Cette protéine joue un rôle essentiel dans l’équilibre du système immunitaire et si elle disparaît dans une tumeur par exemple, le système immunitaire n’a plus les capacités de reconnaître les cellules cancéreuses qui peuvent alors se répandre librement dans tous le corps tout en provoquant des métastasesC’est ce qu’on appelle un cancer métastatique.

Un lymphocyte, principale composante du système immunitaire humain

Un lymphocyte, principale composante du système immunitaire humain

Cependant, même si le système immunitaire est capable de reconnaître et de neutraliser l’apparition et la prolifération de tumeurs primaires, il ne peut détecter les tumeurs métastatiques, ce qui facilite alors leur prolifération.  Toutefois les choses sont en train de changer depuis la récente découverte des chercheurs de l’UCB.

Selon le professeur Wilfred Jefferies, les chercheurs ont «découvert un nouveau mécanisme qui décrit comment les tumeurs métastatiques peuvent déjouer le système immunitaire. Nous sommes même parvenus à inverser le processus afin de rendre les tumeurs visibles à nouveau pour le système immunitaire.» 

1280px-cancer_cells_1-660x430

La protéine DENND2B active la protéine Rab13, qui stimule les cellules cancéreuses. Photo : Wikimedia Commons

D’après les chercheurs, la disparition de l’IL-33 touche surtout les cas de cancer épithéliaux, dont les cancers du sein, de la prostate, de la peau,  de l’utérus,  du  poumon, du pancréas etc.  Les résultats de cette étude ont été présentés dans la revue Nature sous la rubrique Scientific Reports. Cette découverte fait suite aux travaux menés par le Professeur Peter McPherson et ses collègues de l’Institut neurologique de Montréal, qui en mars 2015 avaient identifié la protéine DENND2B, une enzyme qui favorise la migration des cellules.  Les résultats de cette étude ont été publiés dans The Journal of Cell biologyPour le Pr McPherson Rab13 «est  un outil essentiel pour la recherche future sur les traitements anticancéreux». Ces deux découvertes majeures suscitent bien de l’espoir et nous rapproche chaque jour un peu plus de la guérison.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s