Anne-Marie Séguin

Quels enseignements tirer du cancer ?

Il y a maintenant  trois ans qu’on m’a diagnostiqué le cancer. Trois ans à vivre malgré les opérations, la chimio, trois ans de grâce avec des hauts et des bas ! Le 9 juin 2014, les médecins m’ont annoncé que j’avais un cancer du côlon avec une tumeur obstruant 60% de l’anus. Cette tumeur colorectale était inopérable à cause des métastases au foie et ce cancer avait atteint la phase 4 (il n’y a pas de stade 5) …

Voici comment je me sentais lorsque j'ai été diagnostiqué

 Voici comment je me sentais lorsque j’ai été diagnostiqué

Depuis, j’ai subi cinq opérations et la dernière a failli me coûter la vie, mais qu’importe ! Désormais, je vis mon temps sur la terre comme un cadeau. Avec le recul, je suis persuadé que la maladie a pour but de nous allumer mentalement et de provoquer en nous une introspection à partir de l’enfance, jusqu’à aujourd’hui.  Cette introspection  peut faire naître des sentiments des émotions comme la colère, la rancune, le regret, la révolte, pour aboutir idéalement au pardon à la reconnaissance et à la joie.  

Grâce à la maladie  j’ai appris à vivre plus intensément, à me questionner sur la nature de la réalité et sur la place que nous occupons dans l’univers.  J’ai découvert des gens extraordinaires, comme Anne-Marie Séguin et son amie la cinéaste Marcia Pilote, le  Dr Rogério Brandão, la  fleur de vie  des anciens Égyptiens  que j’ai découverts grâce au travaux du Dr Nassim Haramein, ou bien encore la fabuleuse histoire de Madame Francine Christophe, cette poétesse française déportée en 1944, sans oublier les beaux livres d’Eckart Tolle que m’a fait connaître mon fils Lucien, lorsque j’étais à l’hôpital. De même que les résultats des travaux sur le cancer du  Dr. Carl Simonton, ou encore les ultimes fragments d’un long voyage de l’écrivaine Christiane Singer, ceux non moins émouvants du chanteur Gerry Boulay,  d’Athena Orchardou encore les surprenantes découvertes du Dr. Hans-Peter Dürr, en matière de mécanique quantique, de même que les travaux de la Dre Lissa Rankin sur l’auto-guérison, l’univers fabuleux des fractales de Benoît Mandelbrot, celui de Bruno Groening sans oublier les bons biscuits de Madame Wong, que m’a fait découvrir ma fille Cloé  lors de mon dernier séjour à l’hôpital. 

Au fil de ces «rencontres» j’ai acquis la conviction que la pensée matérialiste conduit à un cul de sac et que seul l’amour peut changer et influencer positivement les relations humaines.  La maladie (mal a dit) m’a également fait comprendre qu’il faut accepter sa destinée et vivre comme si on était en santé.  Accepter que l’on est mortel; profiter du temps qui passe et vivre sa vie, non pas comme un combat que l’on doit mener contre le cancer, mais plutôt comme une grâce, un cadeau merveilleux au cœur de cette réalité dont la nature intrinsèque nous échappe si souvent. Mais surtout, surtout avoir la foi !  Celle du charbonnier  dont parlait Brassens, car on le sait aujourd’hui, la foi quelle qu’elle soit,  a un pouvoir de guérison redoutable puisque : L’influence de la spiritualité ou des croyances sur la spiritualité est désormais établie. Le bien-être spirituel peut signifier de meilleurs résultats sur le plan de la santé et des effets bénéfiques sur ceux de la longévité, des habiletés d’adaptation à la maladie, de la qualité de vie et des attitudes positives face à la vie (moins de stress, de dépression et de pensées suicidaires). De plus, les problèmes non résolus de détresse spirituelle peuvent contribuer à la détérioration de l’état de santé ou réduire les chances de guérison, notamment en matière de cancer.1

Et si malgré tout ça on ne guérit pas c’est que le temps qui nous était alloué ici est terminé.  Il nous faudra quitter notre dépouille terrestre, pour sans doute revenir comme le pensait Platon afin de parfaire et approfondir notre connaissance de la réalité. Mais d’ici là il faut vivre, vivre, s’enivrer de l’air du temps, des merveilles de la vie et  vivre chaque jour avec les hauts et les bas de la maladie …

 

 

 

Savons-nous vraiment ce que nous sommes ?

     Pierre-J Ratio

Sur le fronton du Temple de Delphes, au pied du mont Parnasse, les anciens Grecs avaient gravé la devise : Connais-toi, toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux. Delphes abritait alors le sanctuaire d’Apollon, là où résidait la Pythie, cette prêtresse que l’on interrogeait pour consulter l’oracle.

Près de trente siècles plus tard, la devise de Delphes demeure plus que jamais d’actualité, que l’on soit malade ou non. Socrate en avait fait un de ces sujets de réflexion et pour lui cette connaissance de soi ne pouvait se faire qu’au moyen d’un dialogue entre l’âme et elle-même, où bien entre un élève et son maître.  Selon le philosophe, chaque être humain dispose du savoir en lui-même et il suffit de se le rappeler pour atteindre la sagesse.

Mais aujourd’hui, malgré notre technologie, savons-nous vraiment ce que nous sommes ? Qu’est-ce qui justifie nos choix ? Quel est notre rapport à l’univers ? C’est la question que s’est posée Maya Civet.   Voici le texte Maya :

       Maya Civet

– Rien ne justifie la souffrance, sauf la résistance. Ça nécessite d’y voir clair. En soi. Une telle énergie dépasse largement l’ambition dirigée par d’obscurs projets. Et l’a toujours dépassée et la dépassera toujours.

Forts de ce fait, savons-nous ce que nous sommes ? Toujours conditionné-es, ou libres du vrai choix ? Sommes-nous de la vie, ou sommes-nous du pouvoir ? La vie est un long et lent processus qui engage, le pouvoir est son inverse…  Il n’y a pas de vrai pouvoir sans la patience, et l’engagement. Il n’y a pas de joie réelle sans la liberté. Aucun programme n’est à la mesure du vivant. Ça échoue, c’est nécessaire. L’univers, c’est nous et tout ce que nous ne sommes pas capables de mesurer. L’individu s’y perd et pose ses affirmations exclusives. Dictées par quoi, que savons-nous de l’intention, des possibles, et que savons-nous ? De nous-mêmes ? Oui, nous avons le choix, d’êtres des aventuriers, mais aussi d’être des sales cons. Ça devient très clair, pour peu que l’amour…  Maya Civet

Merci Maya de m’avoir permis de publier ce texte.  Je pense qu’il va toucher bien des gens et notamment les personnes atteintes par la maladie, car avec elle on apprend à vivre mais aussi à côtoyer la mort et à revoir notre rapport à l’univers.

Le cancer nous permet en effet de fréquenter la souffrance, le mal-être, mais aussi l’éphémérité des choses.  Il nous apprend surtout à profiter de la vie et du moment présent. Oui Maya, nous avons le choix, d’êtres des aventuriers, mais aussi d’être des sales cons. On peut aussi choisir de voir le verre à moitié plein, et en ce sens Anne-Marie Séguin, nous a laissé un précieux témoignage sur le sujet.