Pierre-Jacques Ratio

Savons-nous vraiment ce que nous sommes ?

     Pierre-J Ratio

Sur le fronton du Temple de Delphes, au pied du mont Parnasse, les anciens Grecs avaient gravé la devise : Connais-toi, toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux. Delphes abritait alors le sanctuaire d’Apollon, là où résidait la Pythie, cette prêtresse que l’on interrogeait pour consulter l’oracle.

Près de trente siècles plus tard, la devise de Delphes demeure plus que jamais d’actualité, que l’on soit malade ou non. Socrate en avait fait un de ces sujets de réflexion et pour lui cette connaissance de soi ne pouvait se faire qu’au moyen d’un dialogue entre l’âme et elle-même, où bien entre un élève et son maître.  Selon le philosophe, chaque être humain dispose du savoir en lui-même et il suffit de se le rappeler pour atteindre la sagesse.

Mais aujourd’hui, malgré notre technologie, savons-nous vraiment ce que nous sommes ? Qu’est-ce qui justifie nos choix ? Quel est notre rapport à l’univers ? C’est la question que s’est posée Maya Civet.   Voici le texte Maya :

       Maya Civet

– Rien ne justifie la souffrance, sauf la résistance. Ça nécessite d’y voir clair. En soi. Une telle énergie dépasse largement l’ambition dirigée par d’obscurs projets. Et l’a toujours dépassée et la dépassera toujours.

Forts de ce fait, savons-nous ce que nous sommes ? Toujours conditionné-es, ou libres du vrai choix ? Sommes-nous de la vie, ou sommes-nous du pouvoir ? La vie est un long et lent processus qui engage, le pouvoir est son inverse…  Il n’y a pas de vrai pouvoir sans la patience, et l’engagement. Il n’y a pas de joie réelle sans la liberté. Aucun programme n’est à la mesure du vivant. Ça échoue, c’est nécessaire. L’univers, c’est nous et tout ce que nous ne sommes pas capables de mesurer. L’individu s’y perd et pose ses affirmations exclusives. Dictées par quoi, que savons-nous de l’intention, des possibles, et que savons-nous ? De nous-mêmes ? Oui, nous avons le choix, d’êtres des aventuriers, mais aussi d’être des sales cons. Ça devient très clair, pour peu que l’amour…  Maya Civet

Merci Maya de m’avoir permis de publier ce texte.  Je pense qu’il va toucher bien des gens et notamment les personnes atteintes par la maladie, car avec elle on apprend à vivre mais aussi à côtoyer la mort et à revoir notre rapport à l’univers.

Le cancer nous permet en effet de fréquenter la souffrance, le mal-être, mais aussi l’éphémérité des choses.  Il nous apprend surtout à profiter de la vie et du moment présent. Oui Maya, nous avons le choix, d’êtres des aventuriers, mais aussi d’être des sales cons. On peut aussi choisir de voir le verre à moitié plein, et en ce sens Anne-Marie Séguin, nous a laissé un précieux témoignage sur le sujet.

Quand le cancer rencontre le phénix

p3Toutes les personnes qui sont touchées par le cancer savent à quel point cette maladie transforme notre humanité.  Elle agit sur toutes les sphères de notre vie : physique, mentale, émotionnelle et spirituelle.  Elle nous force également à considérer l’échéance et à regarder la mort droit dans les yeux.

Face à la maladie, la plupart des gens acceptent de recevoir des traitements de chimio, de radiothérapie d’hormonothérapie, ou choisissent les «soins alternatifs» avec tous les risques que cela comporte. Enfin d’autres malades, pour toutes sortes de raison, préfèrent ne plus suivre de traitements et d’attendre la mort. – C’est le choix de chacun, peut-être même la destinée?

soLe cancer nous permet également de faire le point sur notre être, sur le chemin parcouru au cours de notre vie terrestre.  Chemin qui est bien loin d’égaler celui du phénix, cet oiseau mythique qui disait-on, vivait cinq cent ans. Selon la tradition, le phénix était originaire de l’Inde.  Sentant sa fin venir il quitta son pays pour rejoindre la forêt du Liban, puis Héliopolis, la ville du soleil, en Égypte. Il arriva dans cette ville les ailes chargées de branches aromatiques, afin de s’y construire un nid.

phenix1phenix3Après s’être posé sur l’autel des sacrifices il construisit son nid avec les branches aromatiques qu’il avait apportées.  Il y déposa de la myrrhe, de l’encens, des feuilles de laurier, des brins de nard doux, de la cinnamone, puis il y mis le feu avant d’être consumé par les flammes.

Trois jours plus tard il renaissait de ses cendres, et en ce sens il rappelle d’ailleurs étrangement la résurrection du Christ qui : ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures (I Cor 15,4)…

La puissance de ce symbole nous vient du fond des âges; ainsi Bénou, le phénix de la mythologie égyptienne était adoré à Héliopolis, la ville de Ré. Le livre des morts dit de lui « Je suis l’Oiseau Bénou, l’Âme/cœur de , le Guide des Dieux vers le Douât ». Bénou est également lié à Atoum, le dieu du soleil couchant.

reChacun regarde le prisme de la vie à sa façon. On peut choisir de voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. Personnellement j’ai choisi de le voir à moitié plein, et je pense que la symbolique de du phénix mérite d’être utilisée comme un outil pour vaincre le cancer.

D’un point de vue métaphysique on peut considérer cet oiseau comme étant le symbole de l’âme et de la résurrection, mais aussi comme le triomphe de l’esprit et de la lumière sur la matière, la maladie et sur la mort.

spell

phenix1

Triompher du cancer accueille plus de 21,000 visiteurs

13706086En 2016 Triompher du cancer  a reçu deux fois plus de visiteurs qu’en 2015 et je vous en remercie. Ces visiteurs proviennent de 115 pays, et principalement de France, du Canada, des États-Unis, de la Belgique de la Suisse et de l’Algérie.

cartes-triompher-2017-jpg

Les zones grises représentent les pays qui n’ont pas visité ce blogue

Voici la liste des 10 articles qui ont le plus retenu l’attention des visiteurs en 2016:

top10

Pour retrouver ces articles il vous suffit de taper un mot dans le moteur de recherche (la loupe) qui s’affiche sur la page d’accueil. Merci à toutes les personnes qui ont visité ce blogue, et à toutes celles qui m’ont envoyé des commentaires.  En 2017, j’espère que ce site continuera à susciter votre intérêt.  Merci de votre soutien et bonne année!

arbrehumain

 

La synchronicité des biscuits chinois de Madame Wong

mme-wongRares sont les personnes qui n’ont jamais croqué dans un biscuit chinois, ces confiseries que l’on sert comme dessert dans les restos asiatiques d’Amérique du Nord et dans lequel se trouve un message humoristique ou philosophique qui nous fait souvent sourire.

Bien que l’origine de ces friandises soit controversée, elles auraient fait leur apparition en Californie aux alentours de la Première Guerre mondiale. À Montréal ils font partie de notre vie depuis des lustres et c’est avec surprise que j’ai constaté que ma fille Cloé, était venue me rendre visite à l’hôpital avec un message qu’elle avait trouvé dans un de ces biscuits.  Je trouvais ça vraiment particulier mais écoutons-là nous conter l’aventure : Je n’ai pas l’habitude de croire aux petits mots cachés dans les biscuits chinois, mais une synchronicité étonnante m’est arrivée dernièrement. Mon père se bat contre un cancer du côlon depuis près de deux ans et demi. Étant une adepte de nourriture asiatique, peu de temps après avoir appris la nouvelle, j’ai ouvert un biscuit chinois et j’ai lu ce message : « nature, temps et patience sont les trois grands guérisseurs. »

Deux messages synchroniques retrouvés par Cloé dans les biscuits chinois à deux ans d'intervalle

Deux messages synchroniques retrouvés par Cloé dans les biscuits chinois à 15 mois d’intervalle

J’ai tout de suite pris ce proverbe comme un signe et je me suis empressée de laisser le petit bout de papier sur le réfrigérateur de mes parents. Mon père a été hospitalisé la semaine dernière parce que ses intestins se sont bloqués suite à une opération au foie qu’il a eu il y a environ 15 mois. Il a dû subir une chirurgie pour les débloquer et nous étions tous un peu inquiets puisque ses plaquettes sanguines et ses globules blancs étaient déjà affaiblis par la chimiothérapie. Finalement, l’opération s’est très bien déroulée et la rémission, quoique difficile par moment, aussi. Alors que mon père était encore sur son lit d’hôpital, fidèle à mon habitude, j’ai mangé un biscuit chinois et j’ai trouvé la même citation que j’avais lue deux ans auparavant : « nature, temps et patience sont les trois grands guérisseurs ! » Elle est allée tout de suite rejoindre sa consœur sur le réfrigérateur de mes parents. Comme le dit si souvent mon père, elle est pas belle la vie ?  Merci Madame Wong pour cette belle synchronicité et merci Cloé de l’avoir partagée avec nous!

Découvrez les nouveaux traitements contre le cancer

pierre-jacques-ratioLe Dr. Mark Basik est chirurgien-oncologue à l’hôpital général juif de Montréal et il est également directeur médical du  groupe interdisciplinaire du cancer du sein de cet hôpital.  Dans cette conférence, parrainée par la Société Canadienne du Cancer,  il nous présente les plus récentes découvertes ainsi que les traitements actuellement disponibles (immunothérapie, médecine personnalisée, thérapies géniques et autres nouvelles molécules).  Pour entendre la conférence cliquez sur l’image.

a-cancer

Découverte d’un mécanisme qui permet aux cellules cancéreuses de déjouer le système immunitaire

pierre-jacques-ratioDes chercheurs canadiens ont découvert un mécanisme qui permet aux cellules cancéreuses de déjouer le système immunitaire pour former des métastases.  Grâce aux travaux menés par une équipe de chercheurs dirigée par Iryna Saranchova de l’Université de la Colombie-Britannique (UCB), on comprend mieux désormais, comment  les cellules cancéreuses se répandent dans le corps. Les chercheurs ont effet découvert que les cellules cancéreuses se transforment génétiquement au fil du temps et que ce faisant elles perdent la faculté de produire une protéine connue sous le nom d’interleukine-33 (IL-33).

nterleukine 33. Son gène est le IL33 situé sur le chromosome 9 humain. Photo Wikipédia

Interleukine 33. Son gène est le IL33 situé sur le chromosome 9 humain. Photo Wikipédia

Cette protéine joue un rôle essentiel dans l’équilibre du système immunitaire et si elle disparaît dans une tumeur par exemple, le système immunitaire n’a plus les capacités de reconnaître les cellules cancéreuses qui peuvent alors se répandre librement dans tous le corps tout en provoquant des métastasesC’est ce qu’on appelle un cancer métastatique.

Un lymphocyte, principale composante du système immunitaire humain

Un lymphocyte, principale composante du système immunitaire humain

Cependant, même si le système immunitaire est capable de reconnaître et de neutraliser l’apparition et la prolifération de tumeurs primaires, il ne peut détecter les tumeurs métastatiques, ce qui facilite alors leur prolifération.  Toutefois les choses sont en train de changer depuis la récente découverte des chercheurs de l’UCB.

Selon le professeur Wilfred Jefferies, les chercheurs ont «découvert un nouveau mécanisme qui décrit comment les tumeurs métastatiques peuvent déjouer le système immunitaire. Nous sommes même parvenus à inverser le processus afin de rendre les tumeurs visibles à nouveau pour le système immunitaire.» 

1280px-cancer_cells_1-660x430

La protéine DENND2B active la protéine Rab13, qui stimule les cellules cancéreuses. Photo : Wikimedia Commons

D’après les chercheurs, la disparition de l’IL-33 touche surtout les cas de cancer épithéliaux, dont les cancers du sein, de la prostate, de la peau,  de l’utérus,  du  poumon, du pancréas etc.  Les résultats de cette étude ont été présentés dans la revue Nature sous la rubrique Scientific Reports. Cette découverte fait suite aux travaux menés par le Professeur Peter McPherson et ses collègues de l’Institut neurologique de Montréal, qui en mars 2015 avaient identifié la protéine DENND2B, une enzyme qui favorise la migration des cellules.  Les résultats de cette étude ont été publiés dans The Journal of Cell biologyPour le Pr McPherson Rab13 «est  un outil essentiel pour la recherche future sur les traitements anticancéreux». Ces deux découvertes majeures suscitent bien de l’espoir et nous rapproche chaque jour un peu plus de la guérison.

Les mystérieuses machines «anti-cancers» de Royal Raymond Riff

Pierre-Jacques RatioEn 1933 Royal Raymond Rife (1888-1971) un chercheur indépendant construisit un «microscope universel» extrêmement puissant et possédant une résolution étonnante. Ce microscope à fréquences lumineuses, lui permit d’étudier certaines bactéries et virus qu’il estimaient être les causes du cancer. Rife inventa également des appareils électriques générant certaines fréquences, pour guérir le cancer et la tuberculose qu’il baptisa du nom de M.O.R («Mortal oscillatory rate») pour décrire la fréquence à laquelle une bactérie ou un microbe explosent quand ils sont soumis à une telle exposition (ex:1 150Hz pour une paramécie). 

Un appareil puissant : le Rifescope

Un appareil puissant : le Rifescope

En 1934, le Dr Millbank Johnson, créé un «Comité spécial de recherche médicale» à l’université de Californie du Sud «dans une annexe qu’il loue à l’Institut Scripps à La Jolla, il fait venir seize malades considérés comme inguérissables, la plupart cancéreux. Au début, chaque malade est traité trois minutes par jour, puis trois minutes tous les trois jours, ce qui améliore les résultats car l’organisme a plus de temps pour éliminer les déchets cellulaires produits à chaque séance. Au bout de trois mois, quatorze malades sont déclarés guéris par un comité de cinq médecins. Johnson et le comité préfèrent que rien ne soit publié avant que tout soit scientifiquement confirmé1

Rife poursuit ses recherche et en 1935 il perfectionne son instrument fréquentiel et en 1937 il construit une version plus performante de sa machine avec l’ingénieur radio Philip Hoyland. Quatorze exemplaires se retrouvent sur le marché en Californie et en Angleterre. À San Diego, le Dr R.T. Hamer, traite une quarantaine de malades par jour

San Diego Evening Tribune, le 6 mai 1938

                                      San Diego Evening Tribune le 6,mai 1938

En 1949 l’American Medical Association (AMA), somme Rife «de cesser tout traitement avec et de rendre leurs instruments sous peine de perdre leur licence. Tous s’exécutent, sauf Millbank Johnson qui envoie son instrument chez un confrère canadien, et le Dr James Couche, un des fondateurs de Beam Ray, qui continue à utiliser la machine et sera radié. Le Dr Millbank Johnson meurt le 3 octobre 1944, peut-être empoisonné; et ses archives disparaissent. En 1944, le médecin Raymond Seidel publie le premier article important sur Rife, son microscope et sa théorie du cancer, dans la revue du Smithsonian Institute. Il est ensuite suivi par des détectives et on tire sur sa voiture, sans l’atteindre.»[ibid]

rife

Royal Raymond Rife dans son laboratoire

En 1958, la compagnie Allied Industries, à San Diego, fabrique une centaine d’appareils vendus ou prêtés à des médecins. Mais en 1960, à l’instigation de l’AMA, le laboratoire de John Crane est perquisitionné sans mandat; le matériel, les documents, les cahiers de recherche, les factures sont confisqués. Les médecins sont visités et leur matériel saisi. Rife, terrorisé, s’enfuit au Mexique plutôt que de supporter un nouveau procès.»[ibid] Le procès de Crane commence en 1961, mais le tribunal refuse d’entendre les témoignages de médecins de même qu’il refuse de consulter la documentation montrant l’efficacité des traitements. Au cours du procès des patients viennent témoigner«en faveur d’une thérapie leur a sauvé la vie. La seule déposition de médecin est celle du Dr Paul Shea, à qui les autorités ont remis durant deux mois l’un des appareils pour évaluation. Il n’a pas testé l’appareil et a juste examiné les circuits pour conclure à l’absence d’efficacité thérapeutique. Le président du jury est un médecin membre de l’AMA. Au bout de 24 jours de procès, Crane est déclaré coupable et condamné à dix ans de prison. En appel, la Cour suprême de Californie annule deux des trois chefs d’inculpation. John Crane est resté trois ans en prison et il meurt en 1998.»[ibidRife trouvera la mort le 5 août 1971 au Grosmont Hospital, après avoir reçu une dose de valium. Il existe peu d’informations en français sur ce chercheur, mais vous trouverz ci-dessous une série de liens en français et en anglais ainsi qu’une vidéo en français.  ______________________________

incroyable découverte

La raisonnance coordinatrice, une invention faite il y a presque 80 ans pour soigner les malades du cancer et qui n’a pas encore été brevetée…