triompher du cancer

Cette chose mystérieuse qu’on appelle la conscience !

Entre deux séances de chimio on a du temps pour penser; c’est l’un des bénéfices de la maladie!  Grâce au cancer, ma perception du temps a changé et la vie ne m’a jamais autant fascinée.  Évidemment lorsque l’on souffre d’une maladie grave on se trouve confronté quotidiennement à sa propre finalité et aux grands principes philosophiques qui interpellent les humains depuis la nuit des temps.

 En réfléchissant à certains de ces principes j’en suis venu à m’interroger sur la nature de la conscience.  Rien de bien original sans doute, puisque déjà au  IV siècle av. JC, Platon dans L’allégorie de la caverne, s’était penché sur le sujet arguant que seule la conscience permet à l’Homme de se libérer de ses chaînes et de voir la vérité! 

Au XVIIe siècle, le physicien René Descartes, dans son Discours de la méthode s’est également intéressé à la question et il a accouché de son célèbre cogito ergo sum; le fameux Je pense donc je suis.   Ainsi pour ce penseur, la conscience consiste donc en une espèce de connaissance immatérielle qui nous permet de nous définir en tant qu’humain.                                                                                                                                                                                                          Depuis Descartes, et malgré les avancées scientifiques considérables qui l’ont suivies, nous sommes toujours incapables de quantifier la conscience et il n’existe aucune explication scientifique qui permette de définir globalement ce phénomène.  Comment savoir si les non-humains avec qui nous partageons cette planète sont conscients, et comment le quantifier ? En ce sens le discours de KoKo la gorille, prononcé lors de la Cop21 a de quoi étonner : 

 Et que doit-on penser du récent « suicide »  d’un robot  américain ou de ce robot la compagnie Knightscope  qui avait tilté dans un centre commercial Californien en  faisant chuter un enfant et en lui roulant sur les pieds ?  

                                        Il s’agit vraisemblablement d’un problème informatique, mais peut-être pas.  J’y reviendrai…

Je vais être renvoyé dans le temps …

Cette étrange histoire commence de la plus curieuse façon : « Tu revenais chez toi quand tu es mort. »  Une histoire insolite découverte par hasard dans les méandres informatiques de la grande toile et qui se poursuit ainsi : – Tu revenais chez toi quand tu es mort. C’était un accident de voiture. Rien de vraiment remarquable, mais quand même fatal pour toi. Tu laissais derrière toi une femme et deux enfants. C’était une mort sans douleur.

 Les ambulanciers avaient tout essayé pour te sauver, mais sans succès. Tes blessures étaient telles que c’était mieux comme ça, crois-moi. C’est alors que tu m’as rencontré.

« Mais… qu’est-ce qui se passe? » as-tu demandé. « Où suis-je? »

« Tu es mort » ai-je simplement répondu. Inutile de ménager ses mots.« Il y avait un… un camion et il dérapait… »

« Ouais »« Je… je suis mort? »

« Ouais. Mais ne t’en fait pas avec ça. Tout le monde meurt » ai-je dit. Tu as regardé autour de toi. Il n’y avait que du vide. Juste toi et moi. « C’est quoi, cet endroit? » as-tu demandé. « C’est ça, la vie après la mort? »

« Plus ou moins »

« Es-tu Dieu? »

Dieu?

« Ouais » ai-je répondu. «Je suis Dieu.»

« Mes enfants… ma femme… »

« Oui, quoi? »

« Est-ce que tout va bien aller pour eux?»

« C’est ce que j’aime entendre, » ai-je dit. « Tu viens de mourir et ce qui te préoccupe le plus, c’est ta famille. C’est très bien, ça. »

Tu m’as regardé avec fascination. Pour toi, je ne ressemblais pas à Dieu. Je n’avais l’air que d’un homme normal. Ou alors une femme. Une vague figure d’autorité, peut-être, plutôt comme un professeur de grammaire que le Tout-Puissant, disons.

« Ne t’en fais pas, » ai-je dit. «Ils vont bien. Tes enfants se souviendront de toi comme quelqu’un de parfait. Ils n’auront pas eu le temps de développer le moindre mépris pour toi. Ta femme va pleurer et porter le deuil, mais elle se sentira secrètement soulagée. Il faut dire que votre mariage battait de l’aile. Si ça peut te consoler, elle se sentira très coupable d’être soulagée.

« Oh. Alors, qu’est-ce qui se passe maintenant? Est-ce que je vais aller au paradis, ou en enfer ou je sais pas… quelque chose d’autre? »

« Rien de tout ça » t’ai-je dit. « Tu vas être réincarné. »« Ah, donc c’est les Hindous qui avaient raison. »

« Toutes les religions ont raison à leur façon. Marche avec moi. »

Tu m’as suivi en marchant à travers le vide.

« Où allons-nous? »

« Nulle part en particulier » ai-je dit. « C’est agréable de marcher en discutant, c’est tout. » « Alors, quel est le but de tout ça? » as-tu demandé. « Quand je vais renaître, je vais être une page blanche, c’est ça? Un bébé. Et toutes mes expériences, tout ce que j’ai fait dans cette vie n’auront servi à rien. »

« Mais non! Tu as en toi toute la connaissance et les expériences de tes vies passées, même si tu ne t’en souviens pas pour l’instant. »

Je me suis arrêté et je t’ai pris par les épaules. « Ton âme est encore plus magnifique, immense et superbe que tu ne peux l’imaginer. Un esprit humain ne peut contenir qu’une infime fraction de ce que tu es. C’est un peu comme mettre le bout de son doigt dans un verre d’eau pour tester la température. Tu mets une petite partie de toi dans un contenant, et quand tu en ressors, tu as acquis toute l’expérience que tu pouvais en tirer. Tu étais dans un être humain ces 48 dernières années, alors tu n’as pas encore pris conscience de l’immensité de ton esprit. Si nous restions ici assez longtemps, tu commencerais à te souvenir de tout. Mais c’est inutile de faire ça entre chacune de tes vies. » 

« Combien de fois me suis-je réincarné, alors? »

« Oh, souvent. Très, très souvent. Et dans des vies très différentes» ai-je répondu.  « Cette fois, tu seras une jeune paysanne chinoise en 540 AD. »

« Attends, quoi? » as-tu balbutié. « Je vais être renvoyé dans le temps? »

« Bien, techniquement, j’imagine que oui. Le temps, tel que tu le connais, n’existe que dans ton univers. Les choses sont bien différentes là d’où je viens. »

« Là d’où tu viens? »

« Bien sûr, » ai-je expliqué. « Je viens de quelque part. Quelque part, ailleurs. Et il n’y en a pas d’autres comme moi. Je sais que tu voudrais savoir comment c’est, là-bas, mais honnêtement, tu ne pourrais pas comprendre. »

« Oh » as-tu dit, un peu déçu. « Mais attends, si je me réincarne à un autre moment dans le temps, je suis peut-être entré en contact avec moi-même à un moment? »

« Bien sûr. Ça arrive tout le temps. Et comme chacune de tes vies n’est consciente que de sa propre existence, tu ne sais jamais que c’est en train d’arriver. »

« Alors, quel est le sens de tout ça? »

« Sérieusement? » t’ai-je demandé. « Sérieusement? Tu me demandes quel est le sens de la vie? Tu ne trouves pas ça un peu cliché?»

«C’est une question raisonnable» as-tu persisté.

Je t’ai regardé droit dans les yeux. «  Le sens de la vie, la raison pour laquelle j’ai créé tout cet univers, c’est pour que tu mûrisses. »

« Tu veux dire, l’humanité? Tu veux que les humains mûrissent? »

« Non, juste toi. J’ai créé tout cet univers pour toi. A chacune de tes nouvelles vies, tu grandis, tu mûris, et ton esprit devient plus large et plus brillant. »

« Juste moi?? Et tous les autres ? »

« Il n’y a personne d’autre. » ai-je dit. « Dans cet univers, il n’y a que toi et moi. »

Tu m’as fixé longuement. « Mais tous les gens, sur terre… »

« Toujours toi. Différentes réincarnations de toi. »

« Attends. Je suis… tout le monde?! »

« Tu commences à comprendre!» t’ai-je dit en te félicitant d’une tape dans le dos.

« Je suis tous les êtres humains ayant jamais vécu? » 

« Ou qui vivront, oui,»

«Je suis Abraham Lincoln?»

«Et tu es John Wilkes Booth, aussi» ai-je ajouté.

« Je suis Hitler?» as-tu dit, consterné.

« Ainsi que les millions qu’il a tué. »

« Je suis Jésus? »

« Et tous ceux qui l’ont suivi. »

Tu es resté silencieux.

« Chaque fois que tu as fait du tort à quelqu’un, tu te faisais du tort à toi-même. Chaque acte de bonté que tu as posé, tu l’as fait à toi-même. Chaque moment heureux ou triste vécu par un humain a été, ou sera, vécu par toi. »

Longtemps, tu as réfléchi en silence.

« Pourquoi? » as-tu finalement demandé. « Pourquoi faire tout cela? »

« Parce qu’un jour, tu deviendras comme moi. Parce que c’est ce que tu es. Tu es l’un des miens. Tu es mon enfant.»

«Whoa» as-tu dit, incrédule. « Tu veux dire que je suis un dieu? »

« Non, pas encore. Tu es un fœtus. Tu es encore en train de grandir. Quand tu auras vécu chaque vie humaine à travers le temps, tu auras suffisamment  grandi pour pouvoir naître. » 

« Donc tout cet univers, en fait, ce n’est que… »

« Qu’un œuf.» ai-je répondu. « Maintenant, il est temps pour toi de continuer jusqu’à ta prochaine vie. »

Et je t’ai fait continuer ton chemin…

Cette histoire est l’œuvre d’Andy Weir. Titre original The Egg, traduction Alexandrine Latendresse

Quand le cancer rencontre le phénix

p3Toutes les personnes qui sont touchées par le cancer savent à quel point cette maladie transforme notre humanité.  Elle agit sur toutes les sphères de notre vie : physique, mentale, émotionnelle et spirituelle.  Elle nous force également à considérer l’échéance et à regarder la mort droit dans les yeux.

Face à la maladie, la plupart des gens acceptent de recevoir des traitements de chimio, de radiothérapie d’hormonothérapie, ou choisissent les «soins alternatifs» avec tous les risques que cela comporte. Enfin d’autres malades, pour toutes sortes de raison, préfèrent ne plus suivre de traitements et d’attendre la mort. – C’est le choix de chacun, peut-être même la destinée?

soLe cancer nous permet également de faire le point sur notre être, sur le chemin parcouru au cours de notre vie terrestre.  Chemin qui est bien loin d’égaler celui du phénix, cet oiseau mythique qui disait-on, vivait cinq cent ans. Selon la tradition, le phénix était originaire de l’Inde.  Sentant sa fin venir il quitta son pays pour rejoindre la forêt du Liban, puis Héliopolis, la ville du soleil, en Égypte. Il arriva dans cette ville les ailes chargées de branches aromatiques, afin de s’y construire un nid.

phenix1phenix3Après s’être posé sur l’autel des sacrifices il construisit son nid avec les branches aromatiques qu’il avait apportées.  Il y déposa de la myrrhe, de l’encens, des feuilles de laurier, des brins de nard doux, de la cinnamone, puis il y mis le feu avant d’être consumé par les flammes.

Trois jours plus tard il renaissait de ses cendres, et en ce sens il rappelle d’ailleurs étrangement la résurrection du Christ qui : ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures (I Cor 15,4)…

La puissance de ce symbole nous vient du fond des âges; ainsi Bénou, le phénix de la mythologie égyptienne était adoré à Héliopolis, la ville de Ré. Le livre des morts dit de lui « Je suis l’Oiseau Bénou, l’Âme/cœur de , le Guide des Dieux vers le Douât ». Bénou est également lié à Atoum, le dieu du soleil couchant.

reChacun regarde le prisme de la vie à sa façon. On peut choisir de voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. Personnellement j’ai choisi de le voir à moitié plein, et je pense que la symbolique de du phénix mérite d’être utilisée comme un outil pour vaincre le cancer.

D’un point de vue métaphysique on peut considérer cet oiseau comme étant le symbole de l’âme et de la résurrection, mais aussi comme le triomphe de l’esprit et de la lumière sur la matière, la maladie et sur la mort.

spell

phenix1

Triompher du cancer accueille plus de 21,000 visiteurs

13706086En 2016 Triompher du cancer  a reçu deux fois plus de visiteurs qu’en 2015 et je vous en remercie. Ces visiteurs proviennent de 115 pays, et principalement de France, du Canada, des États-Unis, de la Belgique de la Suisse et de l’Algérie.

cartes-triompher-2017-jpg

Les zones grises représentent les pays qui n’ont pas visité ce blogue

Voici la liste des 10 articles qui ont le plus retenu l’attention des visiteurs en 2016:

top10

Pour retrouver ces articles il vous suffit de taper un mot dans le moteur de recherche (la loupe) qui s’affiche sur la page d’accueil. Merci à toutes les personnes qui ont visité ce blogue, et à toutes celles qui m’ont envoyé des commentaires.  En 2017, j’espère que ce site continuera à susciter votre intérêt.  Merci de votre soutien et bonne année!

arbrehumain

 

Découvrez les nouveaux traitements contre le cancer

pierre-jacques-ratioLe Dr. Mark Basik est chirurgien-oncologue à l’hôpital général juif de Montréal et il est également directeur médical du  groupe interdisciplinaire du cancer du sein de cet hôpital.  Dans cette conférence, parrainée par la Société Canadienne du Cancer,  il nous présente les plus récentes découvertes ainsi que les traitements actuellement disponibles (immunothérapie, médecine personnalisée, thérapies géniques et autres nouvelles molécules).  Pour entendre la conférence cliquez sur l’image.

a-cancer

Les mystérieuses machines «anti-cancers» de Royal Raymond Riff

Pierre-Jacques RatioEn 1933 Royal Raymond Rife (1888-1971) un chercheur indépendant construisit un «microscope universel» extrêmement puissant et possédant une résolution étonnante. Ce microscope à fréquences lumineuses, lui permit d’étudier certaines bactéries et virus qu’il estimaient être les causes du cancer. Rife inventa également des appareils électriques générant certaines fréquences, pour guérir le cancer et la tuberculose qu’il baptisa du nom de M.O.R («Mortal oscillatory rate») pour décrire la fréquence à laquelle une bactérie ou un microbe explosent quand ils sont soumis à une telle exposition (ex:1 150Hz pour une paramécie). 

Un appareil puissant : le Rifescope

Un appareil puissant : le Rifescope

En 1934, le Dr Millbank Johnson, créé un «Comité spécial de recherche médicale» à l’université de Californie du Sud «dans une annexe qu’il loue à l’Institut Scripps à La Jolla, il fait venir seize malades considérés comme inguérissables, la plupart cancéreux. Au début, chaque malade est traité trois minutes par jour, puis trois minutes tous les trois jours, ce qui améliore les résultats car l’organisme a plus de temps pour éliminer les déchets cellulaires produits à chaque séance. Au bout de trois mois, quatorze malades sont déclarés guéris par un comité de cinq médecins. Johnson et le comité préfèrent que rien ne soit publié avant que tout soit scientifiquement confirmé1

Rife poursuit ses recherche et en 1935 il perfectionne son instrument fréquentiel et en 1937 il construit une version plus performante de sa machine avec l’ingénieur radio Philip Hoyland. Quatorze exemplaires se retrouvent sur le marché en Californie et en Angleterre. À San Diego, le Dr R.T. Hamer, traite une quarantaine de malades par jour

San Diego Evening Tribune, le 6 mai 1938

                                      San Diego Evening Tribune le 6,mai 1938

En 1949 l’American Medical Association (AMA), somme Rife «de cesser tout traitement avec et de rendre leurs instruments sous peine de perdre leur licence. Tous s’exécutent, sauf Millbank Johnson qui envoie son instrument chez un confrère canadien, et le Dr James Couche, un des fondateurs de Beam Ray, qui continue à utiliser la machine et sera radié. Le Dr Millbank Johnson meurt le 3 octobre 1944, peut-être empoisonné; et ses archives disparaissent. En 1944, le médecin Raymond Seidel publie le premier article important sur Rife, son microscope et sa théorie du cancer, dans la revue du Smithsonian Institute. Il est ensuite suivi par des détectives et on tire sur sa voiture, sans l’atteindre.»[ibid]

rife

Royal Raymond Rife dans son laboratoire

En 1958, la compagnie Allied Industries, à San Diego, fabrique une centaine d’appareils vendus ou prêtés à des médecins. Mais en 1960, à l’instigation de l’AMA, le laboratoire de John Crane est perquisitionné sans mandat; le matériel, les documents, les cahiers de recherche, les factures sont confisqués. Les médecins sont visités et leur matériel saisi. Rife, terrorisé, s’enfuit au Mexique plutôt que de supporter un nouveau procès.»[ibid] Le procès de Crane commence en 1961, mais le tribunal refuse d’entendre les témoignages de médecins de même qu’il refuse de consulter la documentation montrant l’efficacité des traitements. Au cours du procès des patients viennent témoigner«en faveur d’une thérapie leur a sauvé la vie. La seule déposition de médecin est celle du Dr Paul Shea, à qui les autorités ont remis durant deux mois l’un des appareils pour évaluation. Il n’a pas testé l’appareil et a juste examiné les circuits pour conclure à l’absence d’efficacité thérapeutique. Le président du jury est un médecin membre de l’AMA. Au bout de 24 jours de procès, Crane est déclaré coupable et condamné à dix ans de prison. En appel, la Cour suprême de Californie annule deux des trois chefs d’inculpation. John Crane est resté trois ans en prison et il meurt en 1998.»[ibidRife trouvera la mort le 5 août 1971 au Grosmont Hospital, après avoir reçu une dose de valium. Il existe peu d’informations en français sur ce chercheur, mais vous trouverz ci-dessous une série de liens en français et en anglais ainsi qu’une vidéo en français.  ______________________________

incroyable découverte

La raisonnance coordinatrice, une invention faite il y a presque 80 ans pour soigner les malades du cancer et qui n’a pas encore été brevetée…

Combattre le cancer avec des racines de pissenlit ?

PJRUne équipe de chercheurs dirigée par le Dr Siyaram Pandey, professeur de chimie et de biochimie à l’université de Windsor en Ontario, a découvert que les racines de pissenlit combattaient efficacement les cellules cancéreuses.
Les travaux du professeur Pandey, ont en effet démontré que la racine de pissenlit avait provoqué la destruction d’un mélanome malin sans endommager les cellules saines.  Les auteurs de l’étude suggèrent que l’effet curatif est produit non pas par un seul agent chimique mais par les effets combinés de nombreux composés trouvés dans la racine.

RACINEDEPISSENLITLes effets cytotoxiques du pissenlit ont également été soulignés par la Dr Caroline Hamm dans le cas d’une leucémie myélomonocytaire chronique (LMMC). Pendant les essais en laboratoire, les chercheurs ont étudié les effets de la tisane de pissenlit sur un certain nombre de cellules leucémiques. L’équipe a constaté que le pissenlit a fait se détruire des cellules cancéreuses, comme par apoptose.

La racine de pissenlit

Les racines de pissenlits se récoltent tôt au printemps ou à l’automne.  Toutefois si vous ne pouvez les récolter vous pouvez les retrouver dans les herboristeries.

récolte

RP

Références :

  • Cette plante méconnue
  • Témoignage
  • Médicaments cytotoxique                                                                                                                                                       pssenlit entier